Un diagnostic obtenu en un jour

Le Centre du sein de Genève permet de réaliser une évaluation précise des mammographies anormales et de poser un diagnostic en une seule journée grâce à un système de garde assuré par l’équipe médicale.

Un diagnostic obtenu en un jour

 

Equipements de dernières générations

Des équipements de dernière génération

Cette équipe médicale a à disposition des plateaux techniques de toute dernière génération en imagerie, au bloc opératoire et en radiothérapie.

Un première étape : Le diagnostic

La première étape de la prise en charge consiste en un examen médical assorti d’examens complémentaires qui permettront de poser un diagnostic précis.

L'examen médical

Il s’agit d’une consultation avec un gynécologue qui évalue les antécédents médicaux et familiaux de la patiente ainsi que ses symptômes actuels. Lors de cette consultation, le gynécologue pratique également un examen des seins qui permet de préciser la nature d’une éventuelle grosseur (p. ex. taille, localisation, mobilité, aspect de la peau) ainsi qu’une palpation des ganglions.

Les examens radiologiques

La mammographie

Il s’agit d’un examen radiographique des seins par rayons X. Le Centre du Sein de Genève dispose d’équipements de dernière génération en la matière.

La mammographie est proposée dans le cadre du dépistage organisé. Il est proposé aux patientes âgées entre 50 et 74 ans tous les 2 ans. La plupart des femmes suivies par leur gynécologue bénéficient d'un dépistage individuel avant 50 ans et après 74 ans. Ce dernier étant adapté aux risques personnels de chacune. Les patientes ayant un risque génétique identifié bénéficient d'un suivi particulier. La mammographie peut être également indiquée pour un diagnostic en cas de découverte d'une anomalie par la patiente ou par son médecin (boule, écoulement du mamelon, douleur ou rougeur cutanée, etc.)

L’échographie

L’échographie est un examen utilisant des ultrasons. Il n’y a donc pas d’irradiation. Réalisé avec une sonde, cet examen est indolore. Une échographie complémentaire est souvent réalisée à la suite d'une mammographie. Cet examen permet également de guider un éventuel prélèvement (biopsie).

Imagerie par Résonance Magnétique (IRM)

Il s’agit d’un examen radiologique non irradiant qui propose des images en 2D ou 3D.

L'IRM mammaire est un examen de seconde intention réalisé lorsque l’interprétation des images mammographiques et échographiques n’est pas suffisamment satisfaisante. En outre, l'IRM est également pratiquée de façon presque systématique avant un traitement chirurgical.

La biopsie à l'aiguille ou ponction

Cet examen consiste à prélever puis à analyser un peu de tissu situé à l'endroit suspect pour confirmer le diagnostic et préciser la nature de la lésion. Il permet de conclure ou non à la présence d'un cancer. Toutes les biopsies se font sous anesthésie locale.

Deuxième étape: Le traitement

Si un cancer est diagnostiqué à une patiente, son dossier est discuté lors d'une réunion de Consultation Multi-Disciplinaire (CMD) avant et après la thérapie afin de proposer le meilleur traitement en adéquation avec les recommandations internationales.

Chaque situation est unique et il existe de nombreux types de cancer du sein. La prise en charge est adaptée en fonction de chaque patiente. 

Parmi les différentes lignes de traitement, on retrouve :

  - La chirurgie

  - La chimiothérapie

  - Les thérapies « ciblées »

  - La radiothérapie

  - L’hormonothérapie

La chirurgie

Il s’agit souvent du premier traitement, pratiqué sous anesthésie générale, ou parfois locale, selon la taille et l’extension de la tumeur. La chirurgie est pratiquée sous la conduite d’un chirurgien gynécologue expérimenté, spécialiste du cancer du sein. L’objectif est d’une part de retirer entièrement la tumeur, et, d’autre part, de vérifier son éventuelle propagation dans les ganglions de proximité, le plus souvent dans l’aisselle. La cicatrice et l’étendue de l’ablation sont dépendantes de la taille, de la localisation, du type de tumeur et de la taille du sein.

Le traitement chirurgical est « conservateur » si seule la tumeur est ôtée. On parle de traitement « non conservateur » lorsque le sein entier est retiré. Dans ce cas, une reconstruction du sein est proposée, immédiate ou différée. Elle est pratiquée par un chirurgien plasticien qui s’applique à restituer la silhouette du sein d’origine et la symétrie du buste.

La chimiothérapie

Il s’agit d’un traitement médicamenteux actif contre les cellules cancéreuses. Il les détruit ou arrête leur multiplication. Il existe de nombreuses molécules différentes, qui agissent différemment, selon les cellules qu’elles ciblent et du « type » de cancer.

Le traitement par chimiothérapie est administré par un médecin oncologue ou cancérologue.

Il permet de :

- diminuer la taille de la tumeur et rendre la chirurgie plus aisée si la chimiothérapie est administrée avant la chirurgie

- traiter les tumeurs qui se sont propagées hors du sein

- prévenir la récidive après le traitement chirurgical

La chimiothérapie est le plus souvent administrée par intraveineuse (perfusion) mais elle peut également l’être par voie orale.

Plusieurs cycles, ou cures de chimiothérapies sont proposés. Ils peuvent se faire au sein d’un cabinet médical ou en clinique. Le traitement complet s’étend sur plusieurs semaines ou mois, chaque cycle étant suivi d’une période de repos.

Les effets indésirables sont fréquents et d’intensité très variable, mais ils sont transitoires et leur prise en charge est maitrisée.

Les thérapies ciblées

Les thérapies ciblées permettent d’adapter précisément le traitement à la cellule cancéreuse d’une tumeur donnée.

Le traitement par thérapies ciblées est administré par un médecin oncologue ou cancérologue.

La radiothérapie

Ce traitement est proposé à la majorité des patientes, et de façon systématique si le sein a pu être conservé après la chirurgie.

Un médecin spécialiste, radiothérapeute, s’occupe de cette prise en charge.

Il s’agit d’un traitement par rayons qui a pour but d’empêcher la cellule cancéreuse de se diviser et se multiplier. Lorsque la chirurgie a déjà eu lieu, l’intention est de détruire les éventuelles cellules cancéreuses qui auraient échappé au traitement chirurgical, en particulier dans le reste du sein opéré, et ainsi réduire les risques de récidive.

Seule une zone précise et bien délimitée est irradiée. Une attention particulière est portée afin de conserver les tissus non atteints. Cela permet de limiter le plus possible les éventuels effets secondaires.

Les séances de radiothérapie durent quelques minutes et sont répétées presque quotidiennement pendant plusieurs semaines.

L’hormonothérapie

Il s’agit d’un traitement médicamenteux, prescrit par un médecin oncologue ou cancérologue.

L’hormonothérapie permet de freiner ou d’arrêter la croissance des cellules cancéreuses qui auraient échappé aux autres traitements reçus.

Il s’agit d’un traitement oral qui s’étend sur plusieurs années, le plus souvent entre cinq et dix ans, selon le type de cancer et les éventuels effets indésirables qui l’accompagnent.

Troisième étape: Le suivi après traitement

Le suivi médical

A la fin des traitements, un programme précis de consultations et d’examens de contrôle est proposé à chaque patiente. Ce suivi est habituellement réalisé par un oncologue et un gynécologue qui auront suivi l’ensemble de la prise en charge. Le médecin traitant de la patiente est tenu informé de chaque étape. 

La fréquence des consultations de contrôle évolue et diminue progressivement: En règle générale, un rendez-vous est planifié tous les 3 mois pendant 2 ans, puis tous les 6 mois pendant 3 ans et enfin une fois par année. Ce programme est adapté aux traitements suivis. 

Par ailleurs, une mammographie et une échographie sont planifiées chaque année dès la fin des traitements et complétées dans certains cas par une imagerie par résonance magnétique (IRM).

Deux infirmières référentes sont à la disposition des patientes pendant tout le suivi médical. Un accompagnement par un psychologue et un physiothérapeute spécialisé peut être également proposé en fonction des besoins.

 

La chirurgie reconstructive

En fonction des nécessités du traitement chirurgical et du choix de chaque patiente, une chirurgie reconstructive peut être proposée. La période qui suit le traitement peut être un moment propice à cette démarche essentielle pour la silhouette et l’image corporelle des patientes. Dans ce cas, une consultation avec le chirurgien plasticien est organisée afin de définir le type d’approche chirurgicale. La durée de l’intervention et celle de l’hospitalisation dépendent du choix de la reconstruction. Les infirmières référentes restent naturellement aux côtés de chaque patiente afin de les accompagner dans cette dernière étape.